La Banlieue S'exprime

Fondée par Ahmed Moualek

-

Réfutation de la pensée d’Imran Hossein

Partagez cet Article avec :FacebookTwitterGoogle+DiggStumbleUpontumblrEmailPinterest

Le soucie que rencontre une partie de la communauté musulmane concernant les savants n’est-il pas le fait simplement de suivre tels ou tels personnes parce qu’on en entends dire du bien plutôt que de l’avoir lu (renseigner sur elle)? Ne sommes-nous pas tomber dans le piège du monde politique qui consiste non pas à suivre tels ou tels parti pour leur bilan politique, mais plutôt parce que le représentant (tête de liste) est accompagné de stars, il est bien habillé, parle bien, on le voit sur tous les plateaux télé et dans les UNE de journaux ect.? Ne faisons nous pas confusion avec le monde du spectacle (ici bas) qui nous est proposé  et le spirituel ou tout ne fini par ne faire qu’UN? En d’autres termes, notre vie spirituelle ne devient-elle pas spectacle, illusion, comédie, tradition, pour suivre le premier venu parce que cette personne serait soudainement devenue médiatique au détriment de la vérité? Le Seigneur des mondes est le plus informé…

Au dessus c'est l'soleil

Au dessus c’est l’soleil

A partir de son ouvrage : « Jérusalem dans le Coran »

Nous vivons une époque où l’ignorance culmine tellement que les musulmans sollicitent et se réfèrent à des égarés, voire à des mécréants dans l’analyse du monde contemporain ! Or, comprendre effectivement le monde actuel à travers l’étude de l’histoire et de la géostratégie est un devoir important pour tout musulman et toute musulmane, particulièrement en notre époque de troubles et de conflits !

Il faut savoir que la compréhension du monde fait autant partie des sciences de la religion que ne l’est le droit et la croyance et que l’on peut, par conséquent, s’égarer à suivre une pensée séduisante et vraie sous un angle concernant l’analyse de l’actualité, mais globalement fausse et pernicieuse !

Le manque d’analystes musulmans authentiques du monde contemporain dans notre communauté, se fait donc sentir par l’expropriation de cette matière captivante qu’est l’eschatologie par des personnes éloignés de la rigueur scientifique à l’endroit de l’interprétation du Coran et de la Sunna authentique car orientant le sens du Coran et la Sunna vers celui de leur opinion personnelle alors que notre prophète a explicitement dit : « Celui qui parle à propos du Coran selon son opinion s’est évidemment trompé ». Ainsi, beaucoup de jeunes se sont écartés de la voie droite en raison de leur suivisme aveugle d’analystes égarés.

Je me donne ainsi pour objectif de déconstruire ici en quelques lignes, la pensée d’Imran Hossein, qui lance audacieusement un défi à ceux qui rejettent ses interprétations parce que se pensant à tort irréfutable puisqu’associant hélas en sa conscience l’absence d’une telle démarche au sein de la communauté comme une preuve de l’authenticité de ses thèses alors qu’il devrait plutôt interpréter cette absence comme un désintérêt de nos savants pour l’extravagance et la bêtise de ses dires.

Je me donne dans un second temps pour objectif de proposer une lecture plus conforme à la vérité, à la logique, à l’avis de la majorité des savants de l’islam, et aux sources scripturaires des événements contemporains afin de remédier au manque à ce niveau et de relever le défi de notre cher professeur.

J’ai partagé cette lettre en trois principales parties :
- La première traitera de la notion de la métaphore car en effet cette figure constitue la pièce maitresse de la pensée d’Imran Hossein
- La seconde traitera de la réfutation de la pensée d’Imran Hossein concernant la venue de l’antéchrist
- Et enfin la dernière abordera la réfutation cette fois-ci de sa compréhension de la sortie des Gog et Magog

1)La métaphore

Selon Ibn Taymiyya le découpage entre le sens littéral et le sens métaphorique d’une parole n’existe pas dans la langue arabe, et est apparu après l’époque des salafs. Ainsi, trois types de processus peuvent permettre d’écarter un sens de sa désignation littérale :

- Linguistique (loughaouiya)
- Religieux (char’iya)
- Usuel (‘ourfiya)

A partir de là, selon Ibn Qayyim, ni Allah, ni son prophète ne peuvent parler indirectement sans s’assurer ou proposer une voie pour l’accession à la signification d’un parole car admettre qu’Allah et son prophète peuvent parler indirectement sans qu’ils ne précisent leur pensée implique deux choses :
- Soit, ils veulent nous induire en erreur en nous laissant à la merci d’interprétations diverses
- Soit, ils ne savent pas ce qu’ils disent quand ils parlent en distanciant involontairement la lettre de l’esprit d’un propos

Ainsi, c’est une mécréance que de quitter la littéralité d’un texte du Coran et de la Sunna sans preuves car ce phénomène mène effectivement à la « taghoutisation » de l’interprétateur qui rivalisera, en effet, contre le prophète par son action de faire dire au Coran, ce que son diable et son âme lui suggèreront.

C’est pourquoi, l’imam al ‘Achari a écrit dans son Ibana à propos des attributs équivoques : « Si on te demande : « Pourquoi nies-tu que les dires : « Ne voient-ils pas que nous avons créé pour eux ce que nos propres mains ont créés, » sont des métaphores » alors réponds lui : « La règle concernant la parole d’Allah, le Très Haut est qu’elle est considérée selon son sens clair et littéral. Rien ne passe du sens apparent au sens métaphorique sans preuves ! » Et rappelons-le, il n’existe que trois processus par lesquels nous pouvons quitter le sens littéral d’une parole pour un autre sens : linguistique, religieux et conventionnel.

C’est dans ce sens que nous pouvons comprendre le hadith : « Celui qui parle à propos du Coran selon sa propre opinion qu’il prépare sa place Enfer »[1] C’est pourquoi notre prophète a dit dans une autre tradition : « Il y aura parmi vous ceux qui combattront pour la bonne interprétation de ce Coran comme j’ai combattu pour sa révélation. »[2]

Il est donc nécessaire d’opérer une distinction entre la parabole (Mithal) et la métaphore (Majaz) car la parabole est une figure de style qui fait partie intégrante de la langue arabe et consiste à faire accéder à une signification rationnelle moyennant une image accessible sensible, tandis que la métaphore est étrangère à celle-ci. C’est donc une approche égarée que d’interpréter le Coran et la Sunna, révélées en une langue arabe claire, à travers une lecture métaphorique quand justement la langue arabe ne connaît pas ce style, qui fut, par ailleurs, inventé par les mou’tazilites.

Nous allons montrer, ci-après, en quoi les thèses d’Imran Hossein sont fausses par l’analyse des interprétations de ce qu’ils considèrent à tort comme des métaphores. Et nous allons donc prouver, en final, en quoi, il adapte le sens du Coran et de la Sunna à ses lectures géostratégiques personnelles.

Notre réfutation comprendra deux principales étapes :
- Mise en évidence des incohérences et des contradictions de la thèse d’Imran Hossein
- Et proposition d’une interprétation plus conforme à la logique, aux sources et au consensus

2)L’antéchrist

Pour Imran Hossein l’Antéchrist a déjà commencé sa mission à partir d’une autre dimension et c’est uniquement quand ses jours seront identiques aux nôtres qu’il rentrera dans notre dimension et apparaîtra au monde selon une forme humaine : «Le Dajjal, le faux messie, sera dans notre dimension temporelle lorsque son jour sera comme notre jour »[3] « Avant cela, il sera parmi nous, d’une manière très semblable à celle dont les anges et les jinns sont toujours parmi nous, et pourtant ne sont pas dans notre monde et ne sont pas visible. »[4] Pour Imran Hossein, l’île dans laquelle l’antéchrist s’est trouvé à l’époque de la révélation et à partir de laquelle il a débuté sa mission est la grande Bretagne : « Notre point de vue est que l’île évoquée dans le hadith est la Grande Bretagne. »[5] Ainsi, pour Imran Hossein, les jours dont fait allusion les hadiths concernant sa durée de vie de sont à prendre métaphoriquement et correspondent aux périodes de domination mondiale d’Etats que sont respectivement l’Angleterre, les Etats-Unis et prochainement Israël : « Mais nous avons ensuite remarqué qu’il y eut un moment où, d’une manière étrange et mystérieuse, la Grande Bretagne cessa d’être l’Etat dirigeant du monde et fut remplacée par les Etats-Unis. Le processus de ce changement semble avoir commencé par une guerre, la première guerre mondiale, puis s’être terminé par une autre, la seconde guerre mondiale. Notre point de vue est que la période entre la première et la deuxième guerre mondiale a été le témoin du déplacement de Dajjal « d’un jour comme une année » vers : « un jour comme un mois. Il est très important que nous observions ce processus de changement avec un grand discernement, car il nous fournira l’indice avec lequel reconnaître le moment où Dajjal se déplacera « d’un jour comme un mois » vers « un jour comme une semaine. » »[6]

Réfutation

Selon Ibn Taymiyya, c’est dans la preuve que l’égaré use pour justifier sa voie que se trouve la preuve de son propre égarement. Ainsi, pour réfuter, Imran Hossein nous allons nous appuyé sur les hadiths qu’ils citent lui-même pour justifier ses thèses extravagantes.

Dans le hadith concernant l’antéchrist, les compagnons demandèrent au prophète : « Ô envoyé d’Allah, combien de temps demeurera-t-il sur terre ? 40 jours, répondit-il. Un jour comme une année, un jour comme un mois, un jour comme une semaine, et le reste semblable à nos jours ordinaires. Nous demandâmes à nouveau : Envoyé d’Allah, pour ce qui est de la journée qui sera aussi longue qu’une année, les prières d’une journée seront-elles suffisantes ? Non répondit-il, il vous faudra faire des estimations. »[7] Dans cette tradition, nous avons la preuve que les 3 premiers jours de la venue de l’antéchrist ne sont pas des métaphores car les compagnons ont rétorqué par une question qui lève toute ambigüité sur la réalité de leur durée littérale car ils ont fait un rapprochement avec une chose quantifiable : le nombre de prière d’une journée. Sans oublier, le fait que le prophète a dit après avoir mentionné l’allongement de la durée des 3 premiers jours : « et le reste semblable à nos jours ordinaires », révélant de surcroît la réalité de l’anormalité de la longueur des 3 premiers jours au moyen de la comparaison et de la mesure par rapport à la durée normale d’une journée ! Ainsi, les compagnons et le prophète, ont compris la durée des ces trois premiers jours selon un sens littéral, auquel cas ils n’auraient pas respectivement posé et répondu à la question de la quantité de prières durant celles-ci ! Ajoutons, pour finir, que l’imam Nawawi rapporte dans son commentaire du Sahih Moslim, l’avis des savants de l’islam sur le sujet qu’est justement : la lecture littérale et non métaphorique de ces allongements.

Ainsi, prétendre que ces durées sont à prendre au sens métaphorique, c’est insulter le prophète puisque cela reviendrait à dire que le prophète et les compagnons ne comprennent pas ce qu’ils disent quand ils s’expriment car il n’y a effectivement pas d’intérêt à poser une question sur la quantité de prières à accomplir pour une période symbolisée par « une journée » alors que celle-ci serait composée de jours ordinaires !

Dans le second hadith qu’Imran Hossein utilise pour prétendre que l’antéchrist était dans l’île de la Grande Bretagne au moment de la révélation, le prophète a dit à la fin de ce dernier : « Vous vous figurez qu’il est en mer de Syrie ou en mer du yemen. Non, au contraire, il est à l’Est, il est à l’Est, et il pointa sa main vers l’Est… »[8] Dans ce hadith qui relate la rencontre de Tamim al Dari avec l’antéchrist, après 1 mois de navigation, et les échanges oraux qu’ils ont eu : « Je vais vous dire qui je suis. Je suis le dajjal et il me sera bientôt permis d’être libéré. Je partirai alors, et je voyagerai sur la terre, et n’épargnerai aucune cité où je ne débarquerai pas pendant 40 nuits, excepté la Mecque et Tayba. »[9] Nous avons encore la preuve qu’Imran Hossein se trompe encore en prétendant que l’antéchrist est actuellement dans une autre dimension, à l’instar de celle des anges et des djinns, invisible à l’œil nu, car dans ce cas : comment Tamim al Dari aurait pu le voir, l’entendre et lui parler ?!? Ajoutons que le prophète a pointé l’Est pour désigner la localisation de cette île, et par déduction, l’accession à l’Angleterre par la voie de l’Est n’est plus à 1 mois de navigation comme le prétend Imran Hossein puisque le chemin le plus court pour atteindre la grande Bretagne, à partir de l’Arabie, est la voie de l’ouest!

Ajoutons que dans la tradition rapportée par Moslim citée en haut, le prophète souligne bien que l’antéchrist : « sortira d’une route située entre la Syrie et l’Iraq » ou selon une autre version d’Ispahan en Iran, révélant de surcroit qu’il ne commencera pas son action maléfique à partir de l’île dans laquelle il est retenu prisonnier car le décomptage des 40 journées de sa venue commence à partir de sa sortie selon les dires même de l’antéchrist en personne !

A partir de là, nous arrivons à la conclusion que la lecture d’Imran Hossein à propos de la venue de l’antéchrist le fait sortir avant son heure puisque commençant le décompte à partir de son île.

Proposition d’une lecture cohérente à propos de l’antéchrist

Il est vrai que notre civilisation actuelle est une civilisation borgne puisque n’observant qu’à travers le côté matériel des choses et que la technologie moderne nous permet effectivement de réaliser des prouesses si extraordinaires, que l’on serait tenté de les faire correspondre par une lecture métaphorique à celles mentionnées par le prophète à l’endroit de l’antéchrist.

Or, l’antéchrist est bel et bien une « personne », possédant des pouvoirs surnaturels car la foi en l’invisible des humains à la fin des temps sera généralisée des conséquences de la disparition du confort, qui est, ne l’oublions pas, l’une des principales raisons de l’expansion de l’insouciance et de la mécréance sur terre. En effet, le prophète nous a décrit le contexte qui précédera la venue de l’antéchrist, impliquant une volonté de mettre en évidence cette dernière : « Et avant la sortie de l’antéchrist, il y aura 3 année de grandes famines : la première année, Allah ordonnera au ciel de s’abstenir de son tiers de la pluie. Il ordonnera à la Terra de s’abstenir de son tiers de récolte. Puis la seconde année, Allah ordonnera au ciel de s’abstenir des 2/3 de sa pluie et ordonnera a la Terre de s’abstenir des 2/3 de ses récoltes et la troisième année, Allah ordonnera au ciel de s’abstenir de toute la pluie. Aucune goutte ne descendra du ciel et Allah demandera à la Terre de ne plus donner de récolte. Et rien ne sortira de la Terre. Il ne restera pas d’animaux qui ont les sabots fendus (autrement les bovins et ovins) sans qu’elles ne périssent de famine » Et les gens de demander au Prophète « Mais de quoi se nourriront les gens ? » et il à répondu « Leurs nourritures seront de dire La illaha illa’llah, de dire Allahu Akbar, SobhanAllah, hamdulillah et cela circulera dans leurs corps, comme la nourriture »[10] Or, la lecture métaphorique des premiers jours de sa venue ne permet pas cette mise en relief ! Ainsi, des conséquences de la généralisation de la pauvreté, il y aura accentuation chez les humains de la foi en l’invisible, et ceux-ci pourront vivre et palper des miracles car c’est par la conviction en l’invisible que l’on peut justement générer ou observer un dérèglement des lois de la nature. Ainsi, l’antéchrist n’est pas encore libéré et penser le contraire, c’est par déduction réfuter et renier de nombreuses traditions authentiques sur les conditions de sa libération !

3)Gog et Magog

Pour Imran Hossein, Gog et Magog, sont déjà libérés aussi et il s’appuie sur le verset coranique suivant pour établir sa thèse extravagante : «Il est défendu (aux habitants) d’une cité que Nous avons fait périr de revenir (à la vie d’ici-bas)! Jusqu’à ce que soient relâchés les Yajuj et les Majuj et qu’ils se précipiteront de chaque hauteur. »[11] Selon lui : « une fois que l’on a reconnu Jérusalem étant la « cité », il devient alors clair que la brume sur Jérusalem dans le coran ne sera dissipée que lorsque Yajuj et Majuj auront été libérés, et lorsque finalement ils descendront de toutes les hauteurs ou se seront propagés dans toutes les directions (c’est-à-dire lorsqu’ils prendront le contrôle du monde selon l’Ordre Mondiale de Gog et Magog). Le retour des juifs israélites en Terre Sainte confirme que Yajuj et Majuj ont déjà été libérés, qu’ils ont déjà pris le contrôle du monde. L’Ordre du Monde qui règne aujourd’hui sur le monde est celui de Gog Magog. En fait, ce sont Gog et Magog qui ont rendu possible le retour des juifs en Terre Sainte. »[12]
Sur la base du récit suivant : « J’ai fait surgir de mes serviteurs un peuple contre lequel personne ne sera en mesure de combattre, mène ce peuple en sécurité vers la Montage Tour, puis Allah le Très Haut enverra Gog et Magog, et ils déferleront dans toutes les directions. »[13] Imran Hossein prétend que les khazars convertis au judaïsme puis installés ensuite en Europe (ashkénazes) sont les Gog et Magog : « Il est clair, dit-il, selon le Hadith ci-dessus que la civilisation européenne (après l’avènement du prophète Muhammad) est la civilisation de Gog et Magog. »[14] Il va encore plus loin, toujours en raison de ses lectures métaphoriques, en affirmant que c’est par l’intérêt usuraire que les Gog et Magog déferleront dans le monde : « Les forces qui ont émigré dans l’histoire contemporaine et qui ont rendu possible la restauration de l’Etat d’Israël sont les mêmes forces qui ont infiltré toute l’humanité avec le Riba. Le Coran identifie ces forces comme étant le peuple de Yajuj et Majuj… »[15] Il va même jusqu’à faire dire au prophète ce qu’il n’a pas dit à propos du Riba: « Le Riba, écrit Imran Hossein, qui a envahi l’économie dans le monde entier accomplissant la prophétie du prophète qui a déclaré que l’ère du Dajjal, le Faux Messie, serait l’ère du Riba universel. »[16] Je n’ai jamais entendu parler de ce hadith qui associe l’antéchrist au Riba !?! Et à défaut de le connaître, je ne l’ai même pas trouvé dans l’ouvrage même d’Imran Hossein ! Ceci démontre encore une fois sa malhonnêteté intellectuelle qui consiste à vouloir, et ce à tout prix, faire concorder les textes scripturaires avec sa lecture géostratégique du monde actuel !

Réfutation

Le verset sur lequel s’appuie Imran Hossein pour justifier la sortie des Gog et Magog est le suivant : « Il est défendu (aux habitants) d’une cité que Nous avons fait périr de revenir ! Jusqu’à ce que soient relâchés les Yajuj et les Majuj et qu’ils se précipiteront de chaque hauteur. »[17] Or, ce verset ne prouve aucunement qu’ils sont déjà sortit car premièrement rien ne prouve effectivement qu’Allah s’adresse aux enfants d’Israël dans le dit verset, et deuxièmement selon Ibn Abbas, le retour dont fait allusion le verset ne concerne pas le retour à la ville détruite mais le retour à la vie d’ici-bas selon une première version, et à la droiture par la repentance selon une seconde. Ainsi, le retour des Juifs en Terre sainte ne prouve aucunement la sortie des Gog et Magog et la sortie des Gog et Magog n’est donc pas conditionné à la création de l’Etat d’Israël. Et quand bien même ce « retour » concernerait le retour à la ville sainte alors le verset s’adresserait à ses résidents de droit c’est-à-dire les musulmans et non les Juifs. De tels rapprochements tirés par les cheveux ne peuvent que prouver encore une fois les tentatives malsaines d’Imran Hossein d’orienter le sens du Coran dans celui de ses passions !

D’autant plus que selon les traditions authentiques que cite par ailleurs Imran Hossein, le prophète dit : « Ce sera dans ces conditions qu’Allah révélera à Jésus : « J’ai fait surgir parmi Mes serviteurs un peuple contre lequel personne ne sera en mesure de combattre ; mène ce peuple en sécurité vers la montagne Tour, puis Allah enverra Gog et Magog, et ils déferleront de toutes les collines. Le premier d’entre eux passera par le lac de Tibériade et boira de son eau, puis lorsque le dernier d’entre eux y passera, il dira : « Il y avait de l’eau ici autrefois. » Jésus et ses compagnons seront ensuite assiégés qu’une tête de bœuf sera plus chère pour eux que cent dinars. Le messager d’Allah, Jésus et ses compagnons supplieront Allah, qui enverra vers eux des insectes et ils périront au matin comme un seul homme. Le messager d’Allah Jésus et ses compagnons descendront alors sur la Terre et ne trouveront pas le moindre emplacement qui ne soit pas rempli de putréfaction et de puanteur. Le messager d’Allah Jésus et ses compagnons, imploreront alors Allah qui enverra des oiseaux au cou ressemblant à ceux des chameaux de Bactriane, et ils les emporteront et les jetteront où Allah le voudra. »[18] Ainsi, le prophète mentionne bien dans cette tradition que la sortie de Gog et Magog aura lieu à l’époque de Jésus, et Jésus n’est évidemment pas encore descendu du ciel.

Proposition d’une lecture cohérente à propos des Gog et Magog

Il est vrai que le Coran mentionne le déferlement et la corruption des Gog et Magog de par le passé, et ce, précisément à l’époque de Dhul Qarnain. D’ailleurs, c’est cet homme qui fit construire une barrière afin de stopper l’expansion maléfique de cette peuplade barbare. C’est pourquoi Dhul Qarnain dit dans le Coran à propos de cette barrière : « Ceci, dit-il, est une miséricorde émanant de mon Seigneur. Mais quand mon Seigneur accomplira sa promesse, il la réduira en poussière, et la promesse de mon Seigneur est vraie. »[19] Ainsi, nous pouvons faire émigrer cette barrière matérielle à l’époque de Dhul Qarnain vers une barrière plutôt spirituelle aujourd’hui, car quand le prophète parlait d’ouverture de la barrière, il le faisait à partir d’un songe, et les songes doivent être interprétés sur la base des règles du symbolisme : « Le prophète se leva de son sommeil avec un visage rouge et dit : Il n’y a pas d’autre divinité qu’Allah, malheur aux arabes à cause d’un mal qui s’approche, la barrière de Yajouj et Majouj a été ouverte aujourd’hui comme ceci (et il fit un cercle en joignant le pouce et le doigt qui le suit.) »[20] Al Qurtubi[21] dit à propos de « l’ouverture » qu’elle est à appréhender dans un sens métaphorique et Ibn Kathir[22] a lui aussi relaté cette façon de voir de plusieurs savants, qui indiquent que le sens du hadith est en réalité un avertissement vis-à-vis d’une destruction de la communauté, si la corruption se répand en son sein à l’identique de celle des Yajuj et Majuj. Enfin, selon al-Kirmani[23], cette parole du Prophète annonçait les invasions des Mongols qui frappèrent, en effet, de plein fouet le califat arabe des abbassides en Iraq, et ce, par la mort du Calife, et la destruction barbare d’une grande partie de l’empire musulman.

Ainsi, les Gog et Magog sont en réalité une peuplade humaine inique, qu’Allah dote d’une grande force et utilise pour châtier et éprouver l’humanité, localisée entre l’Asie centrale et extrême, qui a existé avant, pendant et après la révélation et qui éprouvera le désir d’expansion après la destruction spirituelle de la barrière jadis construite matériellement. C’est ainsi que nous pouvons comprendre : « l’ouverture » dont fait allusion le verset du Coran. C’est pourquoi, il est probable que la peuplade désignée par les Gog et Magog serait originaire de l’Asie extrême et vivrait actuellement dans l’apathie, une sorte « d’enfermement », à l’endroit du désir d’expansion et des grandes questions concernant l’ordre mondial. Comment ne pas penser aux chinois qui se revendiquent justement de Gengis Khan et dont Napoléon dit à leurs propos : « Quand ils se réveilleront, le monde tremblera » ? D’autres savants soutiennent, quant à eux, que cette peuplade n’est pas visible et vit cachée, et Allah est plus savant !

Conclusion

C’est une forme d’égarement que de considérer comme des métaphores tous les miracles liés à la fin des temps, en cherchant à leur trouver des significations en adéquation avec le monde moderne car cela reviendrait à rabaisser la révélation face à l’égo par l’entremise de ses tentatives d’adaptation du sens de la révélation à une compréhension du monde contemporain.

Et c’est exactement dans ce piège qu’Imran Hossein tombe puisqu’il interprète manifestement les récits concernant la fin des temps à travers sa lecture géostratégique du monde alors que c’est notre compréhension du monde qui devrait se plier à notre lecture du Coran et de la Sunna et pas le contraire !

En témoigne, par exemple, son interprétation de la bête mentionnée dans le Coran qu’il assimile à l’Etat d’Israël : « Et quand la parole tombera sur eux. Nous leur ferons sortir de terre une bête qui leur parlera car les gens n’étaient nullement convaincus de la vérité de nos signes. »[24] « Cette bête de la terre, écrit Imran Hossein, ou du pays est, comme Dajjal et Gog et Magog, l’un des signes majeurs des derniers temps. Il est clair que le mot « terre » ou « pays » lié à la Bête n’est autre que la Terre Sainte. C’est ce qui ressort du verset qui le précède, dans lequel le Coran identifie clairement le sujet de son discours quand il dit : « Ce Coran raconte aux enfants d’Israël la plupart des sujets sur lesquels ils divergent. »[25] Et donc, lorsqu’Allah, le Très Haut sera sur le point de commencer son châtiment contre les juifs, Il fera émerger une « Bête » en Terre Sainte. Cette « Bête » est aisément identifiable comme n’étant rien d’autre que l’Etat juif moderne d’Israël. »[26]

Ainsi, sa lecture métaphorique des sources scripturaires le contraint à interpréter une grande partie des miracles de la fin des temps comme l’élocution des « arbres » et des « rochers » qui, selon une tradition authentique, dénonceront à la fin des temps, les juifs qui voudront se cacher derrière eux pour fuir les musulmans qui les combattront : « C’est peut être la première fois dans l’histoire qu’une guerre est menée avec des pierres. L’intifada musulmane palestinienne continue à donner sa réponse à l’oppression israélienne avec des pierres. Ceci est un signe vraiment inquiétant pour Israël. En outre, Israël s’est engagé dans la destruction aveugle des « arbres » en Terre Sainte. Des milliers d’oliviers ont déjà été détruits par Israël dans un effort diabolique pour augmenter les difficultés économiques imposées aux palestiniens, qu’ils soient musulmans ou chrétiens. L’indignation contre ces actes de fassad est telle que les « arbres » et les « pierres » en Terre Sainte commencent maintenant à « parler », accomplissant ainsi la prophétie du prophète. Bien sûr, les arbres et les pierres ne peuvent pas être entendus avec les oreilles externes. C’est plutôt avec la faculté d’écoute interne dans les cœurs de ceux qui possèdent la foi que l’on entend les « pierres » et les « arbres » lorsqu’ils parlent ! »[27]

Et j’en passe ! De ces nombreuses interprétations erronées et extravagantes d’Imran Hossein à l’endroit du Coran et de la Tradition authentique, par lesquelles s’est constituée une secte, se revendiquant de ses lectures métaphoriques et de sa voie égarée dans la régénération de la Oumma ! En effet, outre ses mauvaises lectures Imran Hossein propose aussi des alternatives pour la communauté afin de remédier à sa déchéance comme la restauration de la monnaie d’or et d’argent, et la constitution de « villages musulmans ». J’ai déjà réfuté le projet de la restauration de la monnaie d’or et d’argent dans l’un des mes articles[28], c’est d’ailleurs ce dernier qui m’a poussé à écrire cette présente réfutation qui permettra, bi haouli lah, de révéler, au grand jour, le vrai visage d’Imran Hossein !

En effet, par sa lecture de la sourate Kahf, il invite les musulmans à se retirer des sociétés, en créant des soi-disant : « villages musulmans », et subtilement il encourage par cette voie : l’éparpillement et le gaspillage des forces et des énergies de la communauté : « La guerre qui fait rage contre les Musulmans est telle qu’elle ne leur offre que deux possibilités : soit se soumettre à ceux qui dirigent le monde et donc faire des compromis avec leur foi autant que nécessaire pour s’intégrer à l’ordre mondial de Gog et Magog, soit s’attendre à être victimes d’ostracisme, à être diabolisés et persécutés. Mais si en réaction à la guerre contre l’Islam ils choisissaient de réagir de la même façon que les jeunes gens de la Sourate al-Kahf alors il y a une promesse divine d’assistance et de bénédiction pour eux. »[29] C’est dans ce sens que nous pouvons comprendre son opposition digne de la mécréance aux moujahidines actuels du Sham, quand il dit en substance dans l’une de ses vidéos (à la 40ième minute de la vidéo intitulée « Syrie, entre attaque sioniste et faux jihad ») : « Que les moudjahidins qui meurent en syrie iront en Enfer et que les soldats du régime d’Assad qui meurent iront au Paradis » et pourquoi il fait l’éloge des chiites, ou s’associe à des mécréants dans sa lutte contre le sionisme comme Soral d’autres… et est invité par les ennemis de l’islam de part le monde pour son discours contraire à l’islam authentique comme l’université de Moscou!

Alors que notre prophète a clairement dit : « Un groupe de ma communauté ne cessera de combattre en conformité avec l’injonction d’Allah, le Tout Puissant, les traîtres et les déserteurs ne leur seront d’aucune nuisance. Ne cessant de combattre leurs ennemis, et ces combats cesseront tandis que d’autres renaîtront sans arrêt. Allah fera pencher en leur faveur les cœurs d’une certaine faction du peuple, par la cause desquels il les soutiendra jusqu’à la venue de l’heure, d’où surgira comme une parcelle de nuit ténébreuse, dont ils seront effrayés. Effrayés au premier abord, mais qui les couvrira ensuite à la façon d’un bouclier. » Et le Prophète d’ajouter : « Ceux-là sont les gens du Shâm.»[30]

En somme, cet homme soumet Coran et Sunna à la guise de ses thèses, ce pourquoi il incombe de le dénoncer tout en invitant à la repentance et la réforme ses suiveurs s’engageant à leur insu, de par l’adoption de ses idées, au rejet de l’Islam authentique comme c’est le cas des organisateurs des Mokhtar Awards [31] visiblement proches de sa pensée qui a pour effet de détourner la communauté de ses défis véritables et utiles par le gaspillage de ses énergies dans la fausseté et l’inutile !

J’invite mes frères et sœurs de France et d’ailleurs[32], afin de se prémunir contre le sectarisme et l’égarement qui se développent à une vitesse vertigineuse à l’heure actuelle, à revenir au Coran et à la Sunna authentique, à calquer la voie des pieux prédécesseurs et des véritables savants de l’Islam comme à orienter leurs regards, leurs cœurs et leurs corps vers le Sham, afin d’appartenir par la grâce d’Allah, au groupe sauvé des gens de la sunna et de la jama’a dont les partisans actuels d’Imran Hossein ne font manifestement pas partie !

Wa bilahi ta’ala taoufiq
Mahdy Ibn Salah

http://mahdyibnsalah.fr/courants-contemporains/sectes-diverses/794-refutation-de-la-pensee-de-imran-hossein

Cet article a suscité (4) Réactions... | Vous aussi, réagissez!

  1. Taleb dit :

    Dingue la proposition de la vision cohérente de gog et magog sur ce site ! Imran Hosein a traité cette question en disant une chose simple, si les gog et magog ont déferlé à cette époque (ce signe étant l’un des derniers avant le jour du Jugement) alors on aurait du voir les autres signes majeurs se succéder

     » [...] ainsi que signes qui se suivront successivement, à l’instar des grains d’un chapelet qui s’est brisé tombent, les uns après les autres.  »

    [Rapporté par at-Tirmidhi]

    Enfin bref dire qu’Imran Hosein est un égaré en proposant une interprétation extrêmement farfelue c’est du foutage de gueule

  2. musulman point barrrrrrrrrrre dit :

    Y’a des choses qui sont correcte mais au sujet de gogg et magogg, je dois l’avouer que je soutiens les thèses du frère hossein car le commentateur oublie de citer en plus du verset sourate les prophètes: «Il est défendu (aux habitants) d’une cité que Nous avons fait périr de revenir (à la vie d’ici-bas)! Jusqu’à ce que soient relâchés les Yajuj et les Majuj et qu’ils se précipiteront de chaque hauteur. »[11] Je pense que le commentateur oublie de citer le verset qui est cite par Imran pour venir confirmer que cette cité est bien Jérusalem et c’est dans la sourate al isra: 103. [Pharaon] voulut donc les expulser du pays. Alors Nous les noyâmes tous, lui et ceux qui étaient avec lui.104. Et après lui, Nous dîmes aux Enfants d’Israël: «Habitez la terre». Puis, lorsque viendra la promesse de la (vie) dernière, Nous vous ferons venir en foule.
    soit je pourrais développer plusieurs points mais ça serait trop longs. Mais je pense que le commentateur est un peu malhonnête envers Imran qui je le dis au passage ( je ne suis nullement partisans.)
    Mais contrairement a d’autres j’ai étudier ces bouquins et je peux dire qu’on ne m’aura pas facilement.

  3. ShIraz dit :

    J’aimerais revenir sur « le découpage entre le sens littéral et le sens métaphorique d’une parole n’existe pas dans la langue arabe »
    Majâz (la métaphore), serait donc un apport postérieur de la descente du Coran.
    Soit, prenons la Kaaba, fut suspendu sur ces murs avant la descente du Coran des poèmes arabes des grands poètes classiques arabes .
    Antara Ibn Chadded el’Absi, l’un de ces poètes dit dans un de ces poèmes qu’il est un lion, ici dit il qu’il est un grand félidé avec un museau et une crinière ou dit il par métaphore qu’il est « fort, courageux » comme un lion, ou comme l’image que nous nous fessons d’un lion.
    Quand le poète Zouhair parle des cimes de Ma »aad prétend t’il que Ma »aad serait une tige et ferait de lui un homme arbre comme ceux du seigneurs des anneaux? ou est ce une métaphore pour imagé la grandeur physique de Ma’aad qu’il compare aux arbres par métaphores?

  4. titan dit :

    est ce que yaya gouasmi pourrait nous donner des nouvelles du journaliste irakien qui avait lancé une chaussure au psychopate g.w.bush??pourrait il nous donner des nouvelles des 3 millions d’euros de la liste PAS 2009??

    sinnon je demanderais au rappeur musulman expert en taekwan do ADES:
    http://youtu.be/AGocQgzDvk0

    qui est enerve contre les imposteurs

Poster un commentaire...



un × 7 =