La Banlieue S'exprime

Fondée par Ahmed Moualek

-

Partagez cet Article avec :FacebookTwitterGoogle+DiggStumbleUpontumblrEmailPinterest

Pourquoi les médias donnent-ils la parole toujours aux mêmes pour parler de l’Islam et du Prophète Mohammad (PSDL) n’ayant pour but que de désinformer et cracher sur l’Islam et le Prophète (PSDL) ? Voici donc quelques citations de grands hommes qui ont marqué l’histoire laissant derrière eux des écrits concernant notre bien aimé Mohammad (PSDL). C’est sûr que ce ne sera pas sur Itélé ou BFMTV que l’on aura l’honnêteté  de diffuser tous ces hommages au plus grand des hommes, celui qui a marqué l’histoire comme personne ne l’a fait et personne ne le fera, tels est le décret du Très Haut, l’Omniscient.

Charlie Hebdo: l'Islam interdit la représentation du prophète, pas la loi

Charlie Hebdo: l’Islam interdit la représentation du prophète, pas la loi

Categories: Articles A La Une, Islam

Cet article a suscité (12) Réactions... | Vous aussi, réagissez!

  1. Adam dit :

    Faudrait le montrer à mr Valls & cie et au monde!

  2. Remy dit :

    La meilleure manière de neutraliser le système est de l’ignorer et de passer à autre chose en utilisant notre créativité et nos énergies. « Combattre » le système ne marche pas, car le système est plus fort que nous. Il faut créer un autre système à côté. C’est là que doivent aller nos énergies. Autrement on perd notre temps à commenter les agissements du système (c’est ce que le système veut !), les personnalités du système, les résultats du système… en somme on participe au système en passant notre vie à le critiquer.

    Il faut PASSER A AUTRE CHOSE !!!! ICI ET MAINTENANT.

  3. Toutatis dit :

    Evoquer les penseurs occidentaux participe effectivement au débat d’idée, encore faudrait-il également inviter dans le débats les orientalistes occidentaux, anciens et comtemporains, qui démontrent que Mahomet ne serait qu’un personnage de légende et que le Coran serait l’oeuvre d’Omayya (Umayya ibn Abd Shams), et non l’oeuvre du prophète.

    Que dire également de Christoph Luxenberg qui , à partir d’une traduction syro-araméenne du Coran affirme que le Coran n’est qu’une explication de l’ancien testament!!!!

    Nous ne pouvons donc regretter que les intellectuels musulmans ne puissent participer activement à des recherches ce qui leur permettraient d’apporter une contradiction argumentée, puisqu’il ne leur est pas permis de douter du Coran. Ors rechercher les origines du Coran c’est déjà, quelque part, être prêt à remettre en cause celui-ci en fonction d’éventuels éléments vérifiés qui seraient apportés au débat!

    • Areski dit :

      Il serait étonnant quand même qu’un personnage de fiction, sensé vivre au fin fond du désert d’arabie, dont on a relaté tout ses faits et gestes, dont les ahadith, minutieusement filtrés, sont recueillis dans plusieurs ouvrages collossaux, puisse chambouler face de la planète entière.
      Pourquoi Christoph Luxenberg (à tes souhaits) a-t-il étudier une traduction syro-araméenne du Coran alors que le coran est descendu en langue arabe? Penses-tu que ce Christoph Luxenberg connait mieux le Coran que ceux qui l’ont appris par coeur? Penses-tu qu’il est capable de comprendre les subtilités de la langue arabe mieux qu’Ibn Abbas, Abou Hanifa,Ibn Taymiya et les autres?

      • Toutatis dit :

        Chritoph Luxenberg ( c’est un pseudo nécessaire compte tenu de la nature de ses recherches) est un orientaliste irakien qui maîtrise parfaitement les langues orientales anciennes.

        Il faut savoir que l’écriture vernaculaire du 6ème siècle était dans ces régions l’araméen. L’écriture arabe, encore jeune à cette époque, était peu pratiquée et était à cette époque très loin d’être figée. En outre, elle variait en fonction du lieu. De plus, elle ne possédait pas de signe diacritique; donc pas de voyelle. Ce qui rend toute traduction très problématique et sujette à bien des méprises et bien des contresens !

        Il est pratiquement impossible à un musulman d’engager des recherches dont l’aboutissement serait quelque peu différent de l’enseignement religieux enseigné, sous peine de graves problèmes. Les véritables recherches ne peuvent donc être menées qu’en dehors du cercle islamique. Sauf, bien sûr si quelques intellectuels musulmans acceptaient le risque de s’engager dans cette direction. Il parait qu’il y en a quelques uns !!…. mais de fait, leurs moyens ne peuvent être que restreints.

        Un peu comme si l’on avait autorisé que soit engagé des recherches sur la géométrie de la terre à la seule condition que celles-ci concluent à la planéité de notre planète! Souvenons-nous de Copernic et Galilée !

        Je peux t’affirmer que les éléments produits par les intellectuels occidentaux (dont plusieurs français) sont surprenants et mériteraient d’être portés au débat. Malheureusement un débat objectif avec les intellectuels musulmans, qui pourraient apporter la contradiction, est malheureusement impossible pour les raisons évoquées ci-dessus!

        • Areski dit :

          Je ne comprends pas. Tu veux dire qu’un chrétien Libanais (d’aprés wikipedia) du XXIème siècle comprendrai le coran mieux que les personnes du 6ème siècle qui ont enregistré ses versets, à partir de la bouche du prophète, qui ont interrogé le prophète lui même sur plusieurs points, qui ont transmis leur savoir de génération en génération, qui tout fait pour en garantir l’authenticité…
          Et comment peux-tu dire qu’on est pas libre d’exprimé son opinion dans l’islam? C’est justement cette liberté d’opinion qui est a l’origine de toute cette division au sein de la oumma!

          • Toutatis dit :

            Tout d’abord, il faut savoir que les écrits les plus anciens du Coran ne remontent qu’aux 8ème siècle ap JC. Ce qui veut dire que ces écrits sont postérieurs de près de 2 siècles à la mort du Prophète. Le texte qui nous est parvenu avait été déjà recopié plusieurs fois, ce qi laise de l’espace pour d’éventuelles interventions extérieures.

            Pour mémoire, les évangiles de Saint Mathieu ont été rédigées vers 70 ap JC; soit environ 40 ans après les faits supposés et sont recoupés par d’autres textes anciens datant du premier siècle de notre ère, alors que les textes recoupants le texte du 8ème siècle concernant le Coran ne remontent qu’au moyen age.

            Pour ce qui est de la liberté de mettre en cause des textes de l’Islam, reportes-toi aux multiples fatwa qui ont touchées ce sujet.

            D’après ceux qui ont approché Luxenberg, celui-ci est Irakien et non Libanais, comme le prétend Wikimachin ; ce qui importe peu d’ailleurs.

          • Areski dit :

            La plus ancienne copie du Coran connu à ce jour est celle qui appartenait au Kalife Othmane, un contemporain du Prophète Mohamed, qui date du VIIè siècle (c’est à dire entre l’an 600 et 700). Une simple recherche google pourra te le confirmer.
            Ton mensonge est tellement gros que j’aimerai te dire: « Fermes la définitivement à tout jamais! »
            Excuses-moi mais tant d’inepties me fais sortir de mes gonds.

        • Areski dit :

          Selon Wikipedia:

          Michel Orcel semble remettre en question les travaux de Christoph Luxenburg à cause de sa partialité. Il le décrit comme étant un « curieux savant islamophobe » caché sous ce pseudonyme.

          François de Blois, dans Journal of Qur’anic Studies, relève des fautes grammaticales dans le livre de Luxenberg : « Sa maîtrise du syriaque est limitée à la connaissance des dictionnaires, et dans son arabe, il fait des erreurs typiques des Arabes du Moyen-Orient ». Il décrit son livre comme « pas un travail d’érudition, mais de dilettantisme ».

          Patricia Crone, spécialiste de l’histoire de l’Islam qui a travaillé à The Institute for Advanced Study, Princeton, définit les travaux de Luxenberg (et de Günter Lüling) comme « susceptibles de soulever de nombreuses objections scientifiques » et remarque un « amateurisme évident dans le cas de Luxenberg ». Elle conclut que l’on ne saurait prétendre que ces travaux aient apporté grand-chose.

          Remarquons que ces trois personnes n’ont pas l’air d’être des dangereux takfiristes wahabo-talmudiste.

          • Toutatis dit :

            ….alors puique Wikipédia l’affirme…puisque les contestations de Mr Orcel se limitent à des affirmations non étayées…c’est qu’il y a quelque chose de réel dans ces recherches sur les origines du Coran…

            Maintenant la contestation sur les orignines du Coran ne se limite pas à Luxenberg dont Mr Orsel n’a cert&ainement même pas lu son oeuvre en anglais et en allemand. L’on peut contester les travaux de tout chercheurs, et c’est même très recommandé. A conditions d’avancer des arguments, ce qui n’est pas le cas des contradicteurs des orientalistes dissidents. Ce qui est curieux, c’est que les positions de ces historiens ne sont combattues que par des affirmations sans jamais qu’un seul argument valable ne soit avancé; ce qui démontre la solidité de leurs recherches!!!

            Que dire , alors des travaux de Kamal Salibi qui affirme dans son ouvrage « La Bible est née en Arabie », preuves à l’appui, que les faits bibliques antiques ne se sont pas déroulés en Palestine mais en Arabie ( en Asir, pour être précis) ce qui explique l’absence totale de vestiges archéologiques anciens en Palestine. A ma connaissance nul n’a encore apporté de contradictions crédibles à cet ouvrage en dehors de dénégations non étayées comme celles proférées par Mr Orcel à l’égard de Luxenberg.

            Pour ma part qui suis athé et je pense que dans cette mondialisation noyée dans l’immoralité, les peuples ont besoin d’une religion qui leur servira de colonne vertebrale morale. A condition, évidemment, que la religion retenue soit « acceptable ».

            L’islam, tout comme la religion chrétienne appartient à cette catégorie…..ce qui n’est pas le cas de certaines religions racistes et élitistes!!!

  4. jean2 dit :

    Dans les 2 ans qui suivent la mort du Prophète,Le recensement de l’intégralité du texte coranique a été effectué sous le premier calife Abû Bakr (6

    32-634). Celui-ci, conseillé par Umar qu’effraie La mort de nombreux compagnons connaissant le Coran par coeur lors des « Houroûb ar-ridda » (batailles de l’anathème) qui avait éclaté dès le début du règne du calife Abou Bakr .

    Le Calife confia donc la tâche à un jeune compagnon Zayd ibn thâbit qui était, à la fois, l’un des scribes et l’un de ceux qui avaient mémorisé le Coran en entier. Il lui fixa également la méthode de travail suivante :

    Vérifier, pour chaque document écrit, s’il a été bel et bien écrit en présence du Prophète ( ). Et ce en demandant la confirmation de deux témoins occulaires. Faute de quoi, le document ne peut être retenu comme base pour le recopiage du Coran
    Confronter l’écrit, reconnu valable, avec la mémorisation de ceux qui connaissaient le mieux le Coran par coeur (al-Qourrâ)

    Un an plus tard, environ, Zayd remis le fruit de son travail au Calife. Une copie assemblée sur des feuillets(sahifa).
    C’est donc ici, dans les 2 ans qui suivent la mort du Prophète (et non 20 ans après), sous le califat de Abû Bakr, que le texte coranique est redigé dans son intégralité dans une même copie (il s’agit de l’ensemble des feuillets).

    La copie va être gardée par les califes successifs (Abou Bakr, puis ‘Omar), qui sont confiés à la garde de Abû Bakr lui-même. Après la mort de ce dernier, le deuxième calife, Umar (634-644) les reçoit. Après sa mort, ils sont confiés à sa fille Hafsa, veuve du Prophète.

    (Tous ces éléments sont rapportés par Al-Bukhârî, n° 4701. Voir également Fath ul-bârî tome 9 pp. 19-20, et Al-Itqân , pp. 184-18

  5. Pascal dit :

    Toutes ces citations sont du baratin, des idées générales, du vent…

Poster un commentaire...



− 2 = sept