La Banlieue S'exprime

Fondée par Ahmed Moualek

-

La liberté d’être esclave

Partagez cet Article avec :FacebookTwitterGoogle+DiggStumbleUpontumblrEmailPinterest

Il faut combattre le croyant parce qu’il est libre voilà la réalité, et cela au nom d’une autre religion qui ne dit pas son nom, la Laïcité ! Pour tenir une société il faut l’infantiliser,  la pervertir, la rendre stupide, ignorante, débile, soumise ect. tout ce que la foi rejette, alors ils n’ont pas le choix que de combattre sans cesse la religion en particulier l’Islam.

La liberté d'être esclave

La liberté d’être esclave

A notre époque, en France, la liberté est apparemment acquise. Cette valeur d’apparence si chère au peuple français débute même la devise de la sacro-sainte république : « Liberté, égalité, fraternité. » Qu’en est-il réellement ?

Nous avons la liberté d’expression : nous pouvons dire que la République laïque est le modèle par excellence à exporter partout dans le monde. Nous pouvons dire que la religion est une oppression, et qu’elle est l’apanage des incultes arriérés. Nous pouvons dire que la femme doit travailler pour être l’égale de l’homme. Mais malheur à celui qui a une opinion contraire à tout cela, il est alors réduit au silence le plus total, sans aucune tribune dans les médias, susceptible d’être espionné et de subir des représailles de la part des tenants de la liberté d’expression.

Nous avons la liberté de nous dénuder en public, nous pouvons boire de l’alcool, fumer, donner notre corps à n’importe quel inconnu, nous pouvons en définitive consommer à outrance…

Les hommes légifèrent selon la règle du positivisme sociologique qui veut que tout comportement observé dans une société soit licite. Ainsi, le droit ne doit pas être guidé par des normes morales supérieures, d’essence divine, mais par les désirs humains, quels qu’ils soient.

On observe alors la légalisation du « mariage » homosexuel, la permission de la fornication et de l’adultère avec toutes les maladies et les drames familiaux que cela engendre, l’incitation permanente à consommer de l’alcool dans les publicités urbaines, et on débat même de la possible légalisation du cannabis dont on connaît les effets dévastateurs.

Mais quelle est la liberté de celui qui a décidé de croire en Dieu, et de vivre conformément à ce qu’il nous a révélé ?

Quid de celui qui pense que la République telle que nous la connaissons amène les hommes à se perdre irrémédiablement ?

La réponse est simple : celui qui veut préserver son âme et son corps sera combattu de toute part. Ainsi, le voile, symbole de la pudeur physique et morale, se voit interdit dans les écoles, le monde professionnel… Ceux qui souhaitent prier pendant leur pause se retrouvent licenciés, harcelés. Ceux qui désirent instruire leurs enfants à la maison ont vu un projet de loi naître pour les en empêcher. Les écoles privées islamiques ne peuvent pas émerger tant les pressions sont fortes. Manger bio pour ne pas s’empoisonner est réservé à une élite.

En bref, toute tentative d’émancipation du système imposé est vouée à l’échec à moins d’une persévérance et d’une force morale hors du commun.

Néanmoins, nous sommes encouragés à être esclave de nos passions, à jouir de tout et sans limites. Cela résulte de l’idéologie athée libertaire : nous n’avons qu’une vie, alors profitons-en. Nous constatons pourtant aujourd’hui les méfaits de cette vision de la vie : frustrations, maladies, suicides, divorces, pollution, addictions…

Alors, sommes-nous aussi libres qu’on le prétend ? Ou juste libres de s’auto-détruire ?

 

 

Cet article a suscité (2) Réactions... | Vous aussi, réagissez!

  1. Renegat Ier dit :

    Je met 4 étoiles pour l’article, pour :

    sa cohérence
    l’analyse claire
    et un constat objectif.

    Pourquoi pas 5 étoiles ? un peu trop fade a mon gout comme article.
    ça manque d’exemple, d’article annexe et de référence.

    Du progrès a faire ;)mais pour un 1er article c’est pas mal.

    as salamu 3aleykoum ++

  2. legrandjeu dit :

    Superbe article

Poster un commentaire...



2 + huit =